Louis

Louis est dans l’immédiateté. Le geste est rapide, le trait sûr, plus apte à saisir les formes dans leurs masses plutôt que dans leurs détails. Louis aime « camper » les personnages : pour lui, les postures expriment davantage qu’un regard ou un symbole.

La vocation de Louis :
Rénover par la beauté, réjouir les cœurs en colorant les murs !

Biographie – Formation

Né en 1974 à St Etienne, Louis dessine Lucky-Luke et Obélix avant de savoir écrire son nom, se fige des minutes entières sur chaque case des BD qu’il lit et relit encore. Puis Louis couche ses propres personnages sur des toiles : une multitude de portraits, trop grands pour rentrer dans des cases mais suffisamment expressifs pour se dispenser de parler dans une bulle.

Louis découvre les Beaux-Arts en 1993, confirme son envie de faire de l’illustration. Il acquiert les bases de l’infographie au CTI, et développe une activité timide mais formatrice alliant graphisme, illustration et peinture. Au début de ce siècle, Louis devient papa, et par deux fois s’oriente vers de nouveaux horizons et de nouveaux métiers complémentaires à sa passion.

ÉCohlCité est créée en 2012 : encouragé par sa famille, Louis retourne se former pour perfectionner encore son savoir-faire et devenir artisan peintre muraliste. Louis noue de nombreux contacts enrichissants avec les formateurs ou ses confrères en formation… et en particulier avec Aurélya et Lussi, véritables « compagnons de travail » et amies fidèles. Le plus de l’Art mural urbain, pour Louis : sa vocation sociale…

Œuvre-diplôme de Louis : les fresques du gymnase et des postes EDF de La Cité Kaps.

Style

Le jardin secret de Louis : la réalisation d’œuvres figuratives sans pinceaux ni peinture, à l’aide de matériaux de construction et d’outils qu’il crée lui-même… Il en ressort un style « inachevé » qui évoque la fugacité de la perception. Les dessins de Louis s’appuient pourtant sur des règles de proportion rigoureuses et rationnelles : mais la beauté, pour lui, vient d’une maladresse. Louis cultive une passion pour l’art brut et les artistes-ouvriers, au style et à la vie frustre (contraction des mots fruste et rustre), car voués à l’art par la douleur. La source principale d’inspiration de Louis : la lecture, et non pas les lectures, mais bien le mystère de la naissance des images à partir des mots d’un auteur confronté à notre réalité.

Techniques personnelles

Louis a un faible pour les techniques grasses (huile, pastel, tempera) car elles autorisent le repentir et les superpositions de matière. Louis a pour habitude de dire qu’il travaille dans un laboratoire et non dans un atelier, tant il expérimente différents supports et matières.

La plus forte émotion de Louis en peinture : l’affresco, peinture aux pigments dilués à l’eau sur un enduit à la chaux encore frais. Le dessin au fusain ou crayon, les techniques du lavis et du brou de noix, lui servent à saisir avec plus d’acuité l’équilibre entre l’ombre et la lumière.